Les Barthes de Quartier bas

Les barthes de Quartier-bas (commune de Villefranque) sont notamment constituées d'une roselière d’une dizaine d’hectares. L’écosystème roselière représente un des premiers stades dans la succession végétale qui mène à l’apparition d’un boisement humide dominé par le saule et l’aulne glutineux. Ces stades pionniers sont particulièrement menacés et intéressants en terme de biodiversité. Ce milieu représente notamment une des dernières haltes pour les oiseaux paludicoles au cours de leur migration avant de franchir la barrière naturelle que représentent les Pyrénées. L’association OISO (Observatoire d’Intérêt Scientifique pour les Oiseaux) organise chaque été une opération de suivi de cette migration par le baguage.


La mise en place de ce type de suivi a permis de mettre en évidence l’importance de cette zone pour l’accueil de certaines espèces parfois rares telles que le phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola). Ce passereau est une des espèces les plus menacés d’extinction (présent sur les listes rouges mondiale et européenne) en raison de la disparition des marais humides, son habitat de prédilection.

Le baguage des oiseaux est une technique de suivi scientifique importante pour l’étude des voies migratoires et de la dynamique des populations. Elle est réglementée et utilisée dans le cadre de programmes nationaux de recherches confiés par le ministère de l’écologie au CRBPO (Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux). L’étude menée sur les barthes de Quartier-bas par l’association OISO s’insère dans deux programmes, un nommé "haltes migratoires" et le second spécifique au phragmite aquatique.

En 2009, 2 817 oiseaux ont été capturés (dont 53 phragmites aquatiques), 2 564 bagués et 252 contrôlés (déjà porteur d’une bague). Chaque bague porte un numéro de série unique et son centre émetteur permettant l’identification de chaque oiseau équipé.